samedi 1 mai 2004

Épreuve aquarellée de la Marianne de Gandon


La Marianne de Gandon, dans sa version taille-douce et en particulier dans sa version grand format, est considérée par beaucoup comme la plus belle Marianne de France. Après la Marianne de Fernez (imprimée en lithographie à Alger) et la Marianne de Dulac (imprimée en taille-douce à plat à Londres), c'est la figurine conçue et imprimée sur le sol national à représenter la France, par une Marianne, après la fin de la seconde guerre mondiale. Elle a été choisie par le Général de Gaulle, c'est une prérogative de chef de l'état.

Ce symbole de la France va dès lors truster, sous différentes incarnations, la plupart des timbres de la lettre simple émis par la suite.

S'agissant de taille-douce, le graveur (Pierre Gandon, qui a aussi dessiné la Marianne en s'inspirant de sa femme) grave en creux et à l'envers, sur de l'acier doux, son œuvre. Pour vérifier son travail, il utilise une presse à bras et imprime sur petit feuillet des épreuves (à un nombre réduit, mais difficilement quantifiable en l'absence de contrôle à l'époque, de l'ordre de 20 à 40).

Cette épreuve d'artiste signée au crayon et encrée en noir a été rehaussée à l’aquarelle, ce qui lui donne un charme indiscutable et un aspect exotique car la version émise est monochrome comme la quasi-totalité des Marianne.

Par contre, il faut souligner que cette opération est complètement inutile du point de vue de la fabrication (il n'y avait aucune chance que cette Marianne soit émise en couleur), et qu'elle est difficilement expertisable (l'auteur est-il Gandon ou quelqu'un d'autre, peut-être bien après l'émission ?).



Aucun commentaire:

Publier un commentaire