lundi 1 août 2005

Affranchissement gratuit présidentiel par Marianne de Cheffer

Lettre du 13 janvier 1969 pour le Gabon, flamme présidentielle indiquant la franchise et affranchissement avec un 0,40 Marianne de Cheffer apposé le 14/01/1969 au bureau de Paris 08 rue de La Boétie.

Le Président de la République Française a bénéficié de la franchise postale (pour les lettres qu'il expédie dans le cadre de sa fonction) jusqu'au 1er janvier 1996, date à laquelle la Présidence a commencé à utiliser une machine à affranchir. Après cette date, les envois à destination du président bénéficient d'une dispense d'affranchissement (le terme franchise est devenue impropre) par l'expéditeur, La Poste étant rémunérée par le destinataire.

Si la franchise était appliquée à l'intérieur, elle ne l'était pas par les postes étrangères. Pour éviter à ces lettres d'être taxées, l'affranchissement (sous forme de timbre(s)-poste) était apposé par le bureau de dépôt.

Cette pratique de l'affranchissement gratuit n'est pas unique, elle est bien connue pendant la première guerre mondiale sur les lettres des soldats à destination de l'étranger ; on connaît principalement des 25c Semeuse sur lettre et des 10c Semeuse sur carte postale. Elle a aussi existé pendant d'autres guerres.

Ces plis se caractérisent par un premier timbre-à-date apposé par le bureau d'origine. Le bureau apposant le timbre oblitère ce dernier avec son timbre-à-date, généralement différent (ce n'est pas le même bureau !) et daté du lendemain ou de quelques jours après.

Ces plis ne sont pas fréquents du tout ! Ils constituent un aspect tarifaire inhabituel et original et sont un témoin historique (la date permettant de savoir quel est le Président concerné, il s'agit ici de Charles de Gaulle). Le contenu est très rarement de la main présidentielle, il s'agit le plus souvent d'une réponse à des voeux de nouvel an, effectuée par le service secrétariat de la Présidence. L'affranchissement n'est pas toujours une Marianne, le tarif pour l'étranger ayant longtemps été du ressort d'un touristique d'usage courant, sauf bien sûr à bénéficier du même tarif que l'intérieur.

L'enveloppe présentée est affranchie d'une Marianne de Cheffer à 0,40 qui correspond au tarif intérieur et peut-être à un tarif spécial pour le Gabon au titre d'ancienne colonie (le "Table of French Postal Rates" par Derek Richardson semble indiquer un tarif de 0,50 : alors, erreur du lecteur, du rédacteur ou de la Poste qui a utilisé l'ancien tarif ?).

Il s'agit un peu (!) d'un premier jour de tarif, car même si le timbre a été apposé le lendemain, la "date de la Poste faisant foi" est celle de l'oblitération SECAP de la présidence et correspond, en premier jour, au tarif du 13 janvier 1969 qui a introduit le courrier à 2 vitesses.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire